EcoPhos construit une usine en Bulgarie

EcoPhos construit une usine en Bulgarie

EcoPhos change la donne pour l’industrie du phosphate. Ses usines en Bulgarie et en France ont été concrétisées avec le soutien de KBC.

Le "phos" dans EcoPhos représente les phosphates, l’élément central des deux principales activités de l’entreprise, explique Sebastiaan Van Dooren, directeur financier d’EcoPhos. "Eco" signifie à la fois économie et écologie. Les procédures développées par EcoPhos valorisent les roches de faible qualité, à peine exploitées auparavant, et les déchets provenant des stations d’épuration de l’eau.Celles-ci font sensiblement baisser les coûts de production et la consommation d’énergie. Le caractère durable de ces solutions est l’une des raisons pour lesquelles KBC soutient volontiers l’entreprise. Le quartier général d’EcoPhos se trouve aux abords de l’Université de Louvain-La-Neuve et ce n’est pas une coïncidence : l’innovation et la technologie forment le pain quotidien de l’entreprise.

Les divisions des services technologiques et de projet d’EcoPhos proposent un processus de production qui transforme les matières premières phosphatées en produits phosphatés de qualité : ce qui est vendu, c’est une licence pour l’utilisation de ce processus, la conception (sur mesure) de l’usine dont le client a besoin et une partie des installations. Chaque projet est différent, parce que les clients sont actifs dans des segments variés de l’industrie des phosphates à travers le monde entier : Kazakhstan, Pérou, Égypte, Namibie, Pakistan. Ces lieux sont tous situés près des mines de phosphate. 

La bonne relation avec KBC se base sur une connaissance très approfondie d’EcoPhos et de sa stratégie. Et parce qu’ils utilisent une approche centrée sur les solutions.

Sebastiaan Van Dooren, Directeur Financier d’EcoPhos

L’usine qu’EcoPhos a construite pour elle-même en Bulgarie est un cas à part. "En 2013, nous avons commencé la construction d’un Centre d’excellence, à savoir une importante installation de recherche et développement où nous pouvons valider et faire la démonstration aux clients des technologies développées et peaufinées ici." L’usine est opérationnelle depuis le mois de septembre.

La Bulgarie est un marché national de la KBC

Le choix de la Bulgarie a trait à des activités qu’EcoPhos y réalisait antérieurement. Il se trouve cependant que la Bulgarie est l’un des autres marchés nationaux de KBC. En d’autres termes, KBC y dispose non seulement d’une succursale, mais aussi de toute une banque. Et il va sans dire que les différentes banques du groupe apportent volontiers leur soutien aux clients nationaux des autres banques. "Cela nous a certainement permis de tirer notre épingle du jeu. Nous souhaitions tout de même investir quelque 10 millions dans ce projet pilote d’usine et une partie importante de ce montant nous a été prêté à long terme par Cibank, la filiale bulgare de KBC."

Outre la division de projet, EcoPhos est également active dans le marché des phosphates alimentaires pour animaux, avec ses propres produits sous la marque Aliphos. Ils sont produits dans deux usines achetées par EcoPhos en Bulgarie et aux Pays-Bas. Actuellement, l’entreprise investit dans des usines supplémentaires en Égypte, en Inde et en France. "En France, à Dunkerque, nous avons pu le faire avec KBC, car la banque y disposait d’une succursale. Étant donné qu’il s’agissait d’un investissement de 75 millions d’euros, ils ont structuré un accord avec deux autres banques belges. Un crédit syndiqué donc : un seul contrat réunissant trois banques, dirigé par un administrateur-gestionnaire unique, en l’occurrence la KBC. Pour nous, ça, c’est du travail facile : il s’agit d’un contrat de crédit avec la même structure de garantie pour les trois banques. Ensemble, elles nous prêtent aussi un montant pour couvrir les investissements à long terme que le fonds de roulement."

Si un guide peut être utile

EcoPhos n’était pas encore active en France et l’aide de KBC France fut donc très bien accueillie. "Ils ont du personnel à Lille, à deux heures d’ici à peine. Nous les avons rencontrés à de nombreuses reprises, notre équipe de développement commercial et moi-même, pour examiner les structures des garanties pour les usines en France par exemple. Ou encore pour identifier les thématiques qui exigeaient l’intervention de cabinets d’avocats externes." 

En fin de compte, ils nous ont aidés à faire les bons choix au cours de la phase de structuration, et ce, dans un pays que nous ne connaissions pas encore.

Sebastiaan Van Dooren, Directeur Financier d’EcoPhos

En Bulgarie, selon Van Dooren, EcoPhos a largement bénéficié de la présence de KBC. "Dans ce cas-là, c’était encore plus facile parce que nous y étions déjà actifs. Nous avons réuni notre équipe locale et le personnel de Cibank ; ensemble, ils ont entièrement préparé le dossier entre eux. Ensuite, j’ai également discuté avec des personnes ici, chez KBC, afin de fournir encore davantage de renseignements généraux et de clarifier l’importance stratégique que revêt l’usine pour le groupe. La décision a été prise au niveau du Groupe KBC, mais du fait que le dossier a été préparé en Bulgarie, le travail ici a été très simple, aussi bien de notre côté que de celui de KBC.

Avec KBC lorsque cela s’avère possible

Si KBC est active dans le pays où EcoPhos connaît certains besoins, en fin de compte, EcoPhos travaille toujours avec KBC. En effet, EcoPhos se trouve encore dans une phase de croissance, déclare Van Dooren. Les investissements sont donc conséquents et un laps de temps assez long s’écoulera encore avant que ces investissements ne dégagent un profit. "Pour Dunkerque par exemple, le contrat a été signé à la fin 2015, mais l’usine ne sera opérationnelle qu’à la fin 2017." La bonne relation avec KBC se base donc sur une connaissance très approfondie d’EcoPhos et de sa stratégie. KBC est un banquier qui nous convient, parce qu’il y a une continuité dans la relation, parce qu’ils font confiance en notre plan d’affaires et en notre direction. Et parce qu’ils utilisent une approche centrée sur les solutions : de la part de notre banquier, nous avons surtout besoin d’une grande valeur ajoutée au début d’un projet, lorsque l’aspect financier doit être structuré."

A retenir
 
  • Lorsqu’une entreprise est en phase de croissance, elle a besoin d’un banquier qui croit dans les relations à long terme, parce que cette entreprise réalise d’importants investissements et beaucoup de temps pourrait passer avant qu’elle ne dégage un profit.
  • Dans un pays où vous n’êtes pas encore actif, la banque peut être un bon guide. Pour planifier notre usine à Dunkerque, nous avons tiré un grand bénéfice des connaissances du personnel de KBC France.
  • Hormis les pays où KBC Corporate Banking dispose de ses propres succursales, les clients KBC reçoivent naturellement un service complet dans les pays que KBC considère comme un marché national.

En savoir plus?

Cette page est-elle utile pour vous? Oui Non

Van der Erve

Van der Erve

Afin de servir les plus grands détaillants en Europe, Van der Erve est active dans des contrées exotiques, avec soutien de la succursale locale de KBC.
Achat et financement de biens immobiliers

Achat et financement de biens immobiliers

Vous investissez dans l’immobilier? KBC vous apporte son regard critique, son analyse et son assistance.
Vos paiements internationaux rapidement et en toute transparence avec GPI

Vos paiements internationaux rapidement et en toute transparence avec GPI

Suivez vos paiements à l'étranger à l'aide de la technologie SWIFT.

Deceuninck

Deceuninck

Pour croître, Deceuninck a parfois de nouvelles usines, à proximité de ses clients. Une bonne relation avec un banquier international n’est donc pas du luxe.