Se lancer comme indépendant à titre complémentaire

Se lancer comme indépendant à titre complémentaire

Vous avez envie de créer votre entreprise mais vous n’osez pas franchir le pas? Devenez indépendant à titre complémentaire! Vous pourrez ainsi tester votre idée commerciale, sans devoir renoncer à votre stabilité financière. De plus, vous pourrez combiner cette activité avec votre travail actuel. Cet article fait le point sur le statut d’indépendant à titre complémentaire.

Quelles sont les conditions pour débuter une activité complémentaire?

Si vous êtes ouvrier ou employé, votre activité salariée doit être exercée à 50% au moins. Si vous êtes fonctionnaire, vous devez prester au moins la moitié du nombre d’heures de travail d’une occupation à temps plein d’une durée d’environ 200 jours. Les enseignants, pour leur part, doivent prester au moins 60% (pour les statutaires) ou 50 % (pour les contractuels) d’un horaire à temps plein.

Vous n’êtes pas salarié à 50% au moins, mais vous vous constituez des droits à une pension de retraite ou d’invalidité ou vous êtes bénéficiaire d’une allocation sociale? Dans ce cas, votre activité indépendante sera considérée comme étant exercée à titre complémentaire. Si vous ne répondez pas à ces conditions, vous devez obligatoirement exercer votre activité indépendante à titre principal.

Besoin d’aide? Venez en discuter avec nous

Comment se lancer comme indépendant à titre complémentaire?

Un indépendant à titre complémentaire relève du même statut social qu’un indépendant à titre principal: les formalités administratives sont donc identiques. Voyez ici comment lancer votre entreprise en 6 étapes.

Quels sont les frais?

Frais de démarrage uniques

Les frais de démarrage, comme l’inscription à la Banque-carrefour des entreprises et l’activation de votre numéro de TVA, s’élèvent à un peu moins de 150 euros au total. Vous devez aussi tenir compte des frais de notaire (pour les sociétés) et des frais administratifs liés aux autorisations éventuelles.

Cotisations sociales

Lorsque vous débutez votre activité d’indépendant à titre complémentaire, vous êtes redevable de cotisations provisoires. Vous pouvez verser les cotisations minimales forfaitaires, ou un peu plus. Les cotisations définitives vous seront réclamées dès que vos revenus réels seront connus.

Impôts et taxes

Les impôts à payer dépendent de votre choix de travailler en entreprise individuelle ou en société.

Si vous optez pour une entreprise individuelle, vous êtes assujetti à l’impôt des personnes physiques pour la totalité des revenus issus de votre activité principale et de votre activité complémentaire. De ce fait, il est possible que vous passiez dans une tranche d’imposition supérieure, à concurrence de 45% ou 50%. Vous pouvez l’éviter en déclarant suffisamment de frais professionnels.

Si vous optez pour une société, vous devez payer l’impôt des sociétés sur votre bénéfice. Le taux maximal est de 33,99%. Si votre bénéfice reste inférieur à un certain montant, un taux réduit pourra peut-être vous être appliqué. Pour savoir ce qui est le plus avantageux pour vous, il est préférable de vous adresser à un expert.

Que vous travailliez en société ou en personne physique, vous devez également vous acquitter de taxes complémentaires comme la taxe communale, les taxes provinciales, les cotisations environnementales, etc.

Enfin, tous les trois mois, tout indépendant doit effectuer des versements anticipés d’impôts afin d’éviter une majoration. Heureusement, en tant que starter, vous en êtes dispensé les trois premières années.

TVA

Dans la plupart des cas, vous devrez facturer la TVA à vos clients et la reverser ensuite à l’administration de la TVA. Si vos revenus sont inférieurs à 25.000 euros, vous pouvez demander une dispense de vos obligations à l’égard de la TVA.

Besoin de conseils? Prenez rendez-vous avec un expert

Quels sont les avantages et les inconvénients?

Votre décision n’est pas encore prise: allez-vous vous lancer à titre principal ou à titre complémentaire? Pour faire votre choix, il est important de bien peser les avantages et inconvénients.

Avantages

1. Vous pouvez tester votre idée

Vous avez une idée que vous souhaitez mettre sur le marché, mais vous n’osez pas franchir le pas? Dans ce cas, la solution de l’activité complémentaire est idéale pour faire le test. Rédigez un Business Model Canvas afin de concrétiser au mieux votre projet.

2. Vous limitez le risque

Une activité complémentaire a l’avantage de limiter le risque à prendre. Vous pouvez conserver votre revenu fixe, tout en explorant les possibilités et en accumulant de l’expérience. Et une fois que vous aurez acquis la confiance nécessaire et que vous vous sentirez suffisamment à l’aise dans votre vie d’entrepreneur, vous pourrez passer à titre principal.

3. Vous conservez les privilèges de votre activité salariée

Comme elle est exercée à titre complémentaire, votre activité vous permet de conserver votre statut de salarié. Vous avez donc toujours droit aux congés payés, aux allocations familiales, aux indemnités de maladie, à la constitution de vos droits de pension, à la protection en cas d’incapacité de travail, etc.

4. Vous percevez un revenu complémentaire

C’est peut-être l’avantage le plus intéressant de tous: vous bénéficiez d’un revenu complémentaire. Un bon business plan vous permettra de mieux estimer ce que vous pouvez espérer gagner. L’objectif est d’atteindre au moins le seuil de rentabilité. Le montant des impôts à payer dépendra de la forme d’entreprise choisie: entreprise individuelle ou société.

Inconvénients

1. Vos concurrents à temps plein ont une longueur d’avance

Il est possible que vos concurrents directs exercent leur activité indépendante à temps plein. De ce fait, ils peuvent investir davantage de temps dans le développement de leur idée commerciale et de leur fichier clientèle.

2. Vous ne bénéficiez pas des droits sociaux des indépendants

En tant qu’indépendant à titre complémentaire, vous n’avez pas droit aux prestations réservées aux indépendants à titre principal. Vous ne pouvez donc pas bénéficier des prestations familiales ni de l’assurance faillite. Heureusement, vous payez aussi beaucoup moins de cotisations sociales que les indépendants à titre principal.

3. Vous devez combiner deux activités

Puisque vous êtes à la fois salarié et indépendant, vous devez être capable de bien planifier votre temps. Vous allez avoir fort à faire, en particulier au moment du lancement de votre entreprise. Essayez de préserver un bon équilibre entre vos deux activités, sans oublier votre vie privée.

Venez en discuter avec nous

Si vous souhaitez discuter avec un spécialiste avant de franchir le pas, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec nos experts. Ils se feront un plaisir de vous aider. Vous préférez en parler tout de suite avec un expert? Appelez KBC Live.

Prenez rendez-vous

Publié le 28/06/2019

Cette page est-elle utile pour vous? Oui Non

KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.