To marketplace or not to marketplace?

Pas de webshop, mais vendre en ligne malgré tout ! Découvrez le marché virtuel.

To marketplace or not to marketplace?

Pas de webshop, mais vendre en ligne malgré tout ! Découvrez le marché virtuel.

Vous souhaitez lancer votre propre webshop ? Nul doute que vous vous posez une foule de questions. Comment générer du trafic vers votre webshop ? Mais surtout ... Quid de la vente ? Dois-je absolument tout vendre directement via un webshop bien à moi ? Si ces questions vous ont traversé l’esprit, envisagez peut-être la possibilité d’un marché virtuel.

Qu’est-ce qu’un marché virtuel ?

marché, numérique, virtuel, Storesquare, webshop, e-commerce, commerçant

Comme nous le savons tous, un marché est un lieu où l’offre et la demande se rencontrent. Chaque village ou ville dispose encore d’un lieu physique où les marchands vantent leurs produits de vive voix ou flattent le chaland. Le marché virtuel (également appelé e-marché) suit le même concept, si ce n’est qu’il est numérique. En d’autres termes, un e-marché est un lieu en ligne où les vendeurs se réunissent pour proposer leurs produits. Un bel exemple d’un tel e-marché est Storesquare

La tendance veut que ces marchés virtuels se spécialisent et rassemblent une certaine gamme de produits ou visent un certain public cible. Des marchés en ligne spécialisés existent ainsi par exemple pour l’immobilier, le secteur automobile, les vêtements, les articles de seconde main, etc. Ils font souvent d’importants efforts de marketing et attirent ainsi les visiteurs, parfois en nombre, sur leur site.

En tant que (petit) commerçant, vous n’avez parfois ni le temps ni les connaissances pour gérer votre propre webshop. Dans ce cas, un marché est la solution idéale.

Greet Dekocker, Managing Director chez Safeshops

Vendre sur un e-marché en tant que (petit) commerçant ?

Vous rêvez de vendre vos produits en ligne, mais vous craignez que la gestion d’un webshop vous dépasse un peu ? Ou vous vous voyez plutôt comme une partie d’un ensemble plus important ? Dans ce cas, pourquoi ne pas proposer vos produits en ligne sur un e-marché existant ? Vous ne devrez pas chercher de nouveaux clients en ligne, ni créer un webshop vous-même.

Placez une partie ou l’ensemble de votre gamme de produits sur un marché virtuel et faites ainsi vos premiers pas dans l’univers de la vente en ligne.

Greet Dekocker, Managing Director chez Safeshops

Les avantages et inconvénients d’un marché virtuel

Pour les petits entrepreneurs locaux, la présence sur un marché peut avoir de nombreux avantages. En tant que petit commerçant, vous n’avez en effet souvent pas le temps de gérer un webshop en plus de votre magasin physique. À cet égard, le recours à un e-marché existant est un choix intelligent. On s’occupera pour vous d’une grande partie du processus d’achat et de toute une série de tâches en ligne.

L’inconvénient est toutefois qu’un e-marché alimente la pression sur les prix. Vous serez immanquablement confronté(e) à la concurrence au sein d’un même marché. Un autre risque est de perdre une partie de votre identité ou de votre spécificité, car sur un tel marché, la distinction entre le commerçant et la marque est moins nette

Mais heureusement, un marché numérique peut aussi vous aider à atteindre rapidement un certain chiffre d’affaires. Un capital de croissance qui vous permettra de développer votre propre webshop. Dans le cas de l’export, le marché peut être un bon test pour savoir si vos produits remportent du succès et si vous pouvez effectivement conquérir le marché à l’étranger, sans investissements excessifs.

Conclure des accords avec votre marché virtuel

On n’a rien sans rien dans la vie. C’est aussi le cas pour le placement de vos produits sur un marché numérique. La plupart des e-marchés demandent une compensation pour les efforts qu’ils fournissent afin de vendre vos produits en ligne. Ils investissent en effet dans des actions de marketing dont vous profitez. Cette indemnisation peut être basée sur un ‘success fee’, soit qu’une partie de votre marge bénéficiaire revient au marché pour chaque article vendu. Mais elle peut également prendre la forme d’un forfait annuel, à savoir une sorte d’abonnement annuel pour faire partie de l’e-marché. Ou une combinaison des deux. C’est pourquoi vous devez conclure de bons accords financiers au préalable. Pensez également à fixer des accords par rapport aux conditions de livraison en vigueur et au classement de vos produits sur la plateforme.

Vous avez des projets concrets ou souhaitez découvrir les conditions de Storesquare ? Cliquez ici.

Cette page est-elle utile pour vous? Oui Non

Blog : KBC lance la campagne « Pop-up Webshop »

Blog : KBC lance la campagne « Pop-up Webshop »

Avoir son propre webshop, sa propre boutique en ligne. Nombreux sont ceux qui en rêvent, et pourtant, 78 % des entrepreneurs indépendants de notre pays n'ont pas encore franchi le pas du « e-commerce » (le commerce en ligne). Et ce, alors que 6,7 millions de belges ont fait des achats sur Internet l'année dernière. La tendance ne se dément pas : faire ses achats en ligne est entré dans les mœurs. Il est donc grand temps pour les entrepreneurs locaux de se lancer dans le commerce électronique. Et KBC veut vous y aider !

Blog : Du bon usage des e-mails

Blog : Du bon usage des e-mails

Bart Keppens

Malgré l'essor rapide des plateformes de réseaux sociaux (Twitter, Snapchat, Facebook, WhatsApp, etc.), l'e-mail demeure une des valeurs sûres de la communication. Au niveau mondial, environ 4 milliards de comptes ont été créés et chaque jour, ceux-ci échangent 200 milliards de messages. D'ailleurs, plus de 90 % des utilisateurs consulte (attend) chaque jour ses nouveaux messages. Par conséquent, la quasi-totalité des entreprises utilise l'e-mail pour communiquer avec ses clients. Mais comment les entrepreneurs peuvent-ils exploiter au mieux ce mode de communication avec les clients ?

Blog : un magasin ? Moi j'en ai deux : un magasin physique et un magasin en ligne !

Blog : un magasin ? Moi j'en ai deux : un magasin physique et un magasin en ligne !

À partir du moment où le plus jeune enfant de Suzy De Peuter et de son mari Frederic Ingelaer est allé à l'école, Suzy a voulu développer une activité plus intense à côté de ses tâches de femme au foyer. Un de ses enfants souffre d'une allergie et ne tolère aucune trace de produits chimiques dans son alimentation. C'est pourquoi Suzy a eu l'idée d'ouvrir elle-même un magasin bio, appelé « Olleke Bolleke ».

Blog: The Future of Shopping

Blog: The Future of Shopping

Je bladert doorheen een webshop, plaatst je favoriete artikelen in je digitale winkelmandje en met je smartphone heb je in een mum van tijd betaald. Dingdong! De volgende ochtend staat het pakketje al voor de deur. Online shoppen is vandaag gemakkelijk en zeer populair. Maar hoe ga je als lokale handelaar om met al deze veranderingen? Hoe zorg je dat je klanten ook nog fysiek naar jouw zaak komen?