Comment formuler un contrat de reprise ?

Vous voulez céder votre affaire / reprendre une entreprise ? Suivez toutes les étapes, pour être sûr que le contrat soit complet et correct - aussi bien pour le cédant que pour l'acquéreur. Vous voulez céder votre affaire / reprendre une entreprise ? Suivez toutes les étapes, pour être sûr que le contrat soit complet et correct - aussi bien pour le cédant que pour l'acquéreur.

Comment formuler un contrat de reprise ?

Vous voulez céder votre affaire / reprendre une entreprise ? Suivez toutes les étapes, pour être sûr que le contrat soit complet et correct - aussi bien pour le cédant que pour l'acquéreur. Vous voulez céder votre affaire / reprendre une entreprise ? Suivez toutes les étapes, pour être sûr que le contrat soit complet et correct - aussi bien pour le cédant que pour l'acquéreur.

Pour bon nombre de candidats à la reprise, la rédaction d'un contrat de reprise n'est pas une tâche aisée. Que doit exactement mentionner ce document? Un contrat de reprise contient les mêmes éléments qu'un contrat ordinaire, mais aussi diverses clauses spécifiques, notamment concernant la détermination du prix ou les déclarations et garanties du vendeur.

Que faut-il inclure dans le contrat de reprise ?

1) Les composantes du contrat

Tout d'abord, vous devez décrire clairement l'objet du contrat et le périmètre de la reprise. Vous devez donc définir concrètement sur quoi il porte. Quelles actions, quelles dettes, quels membres du personnel font partie de la transaction, à qui reviendront les dividendes de l'exercice en cours ?

2) Le prix

Deuxièmement, il est important de fixer clairement le prix et les modalités de son paiement. On ignore souvent que le prix peut être constitué d'une partie fixe et d'une partie variable. La partie variable dépend de plusieurs paramètres qui doivent être décrits de manière non équivoque dans le contrat. C'est une condition indispensable pour éviter toute discussion par la suite.

Un bon conseil : si le cédant reste encore actif dans l'entreprise pendant un certain temps, vous pouvez prévoir une clause d'«earn-out». Une partie du prix de la transaction dépendra alors des résultats futurs de l'entreprise.

3) La date du transfert de propriété

Saviez-vous que dans un grand nombre de cas, la date du transfert de propriété ne correspond pas à la date de signature du contrat? De nombreux entrepreneurs incluent une clause suspensive au contrat, qui ne peut donc être effectivement conclu que si la condition est remplie.

Exemple : le cédant ne cèdera l'entreprise que lorsque le repreneur aura payé l'intégralité du montant dû.

4) Des déclarations et garanties du vendeur

Les déclarations et garanties sont surtout importantes en cas de cession d'actions, par exemple. Pourquoi? Parce que très souvent, elles comportent des risques cachés. Le repreneur peut alors exiger que le contrat de reprise contienne des déclarations et garanties confirmant le droit de propriété, la consistance des actifs, la régularité de la gestion passée, l’absence de litiges...

Conseil : Les acheteurs se couvrent souvent en faisant inclure au contrat une responsabilité en cas de manquement dans le chef du vendeur. Si ce dernier ne satisfait pas à ses obligations, il devra payer une indemnité (souvent un pourcentage du prix de vente).

5) La clause de non-concurrence

Une clause de non-concurrence figure très souvent au contrat. Dans ce cas, le cédant ne peut développer une activité concurrente sur un territoire déterminé et pendant une période déterminée.

Quelques conseils pratiques

  • Consultez toujours un avocat spécialisé en vue de l'établissement du contrat. Une reprise est une opération importante, et un contrat correctement établi vous permettra d'éviter les mauvaises surprises.
  • Veillez à ce que chaque partie au contrat en reçoive un exemplaire et indiquez, sur chaque exemplaire, en combien d'exemplaires le contrat a été établi.
  • Écrivez toujours les montants en toutes lettres.
  • N'oubliez pas qu'un contrat n'est contraignant qu'à condition que chaque exemplaire soit signé. Indiquez également toujours la date de signature.

Cette page est-elle utile pour vous? Oui Non

Blog : de père en fils

Blog : de père en fils

Wouter Desmet (24) a grandi à Kruishoutem, où, dès son plus jeune âge, il sillonnait l'exploitation agricole de son père sur son petit vélo. Enfant, Wouter était déjà fasciné par les animaux de la ferme. Il ne faisait donc aucun doute qu'il succèderait à son père dans l'entreprise d'élevage de vaches laitières. Il y a quelques mois, il a enfin franchi le pas : Wouter a repris la moitié de la moyenne entreprise d'élevage de vaches laitières de son père.
Combien vaut mon entreprise?

Combien vaut mon entreprise?

Vous êtes sur le point de reprendre une entreprise, mais vous ne savez pas combien elle vaut? Aucune méthode ne permet de déterminer la valeur d'une entreprise avec une précision parfaite. Il ne s'agit en effet pas seulement de simples chiffres. Il faut par exemple aussi tenir compte du savoir-faire du personnel et des perspectives du secteur. Cet article présente un bref aperçu des techniques d'évaluation courantes.
Je projette de reprendre une entreprise existante. Par où commencer ?

Je projette de reprendre une entreprise existante. Par où commencer ?

Michiel Verhamme
«1 à 5 ans.» C'est le temps qu'il faut pour conclure une transaction de reprise. Vous vous en doutez, une bonne préparation et des connaissances adéquates ne manqueront pas de faciliter le processus. Pensez donc à faire intervenir des professionnels pour éviter tout risque de mauvaise surprise. Vous envisagez de reprendre une entreprise, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Vous en saurez plus à ce sujet dans les paragraphes qui suivent.
J'envisage de reprendre une affaire : où trouver les informations juridiques, fiscales et financières indispensables ?

J'envisage de reprendre une affaire : où trouver les informations juridiques, fiscales et financières indispensables ?

Vous envisagez de reprendre une société, mais les questions se bousculent dans votre esprit ? C'est normal. Sachez que vous n'êtes pas seul : KBC propose aux entrepreneurs (débutants) de recourir gratuitement à un vaste réseau d'experts juridiques, financiers et fiscaux qui, forts de leur expérience et de leur savoir-faire, sauront vous fournir un avis sur mesure. Pour vous permettre d'entamer - ou non - le processus de reprise correctement et en toute confiance.