Deceuninck

Deceuninck préfère fabriquer près du client

Deceuninck

Deceuninck préfère fabriquer près du client

Pour croître, Deceuninck a parfois de nouvelles usines, à proximité de ses clients. Une bonne relation avec un banquier international n’est donc pas du luxe.

"En fait, Deceuninck ne fabrique pas de fenêtres elle-même", explique son CEO Francis Van Eeckhout au début de la conversation. "Ce sont nos clients qui s’en chargent. Nous développons le produit et livrons les profils, en PVC, et depuis peu, en aluminium également. Mais du fait que ces profils sont si déterminants pour la qualité, les fenêtres sont quand même souvent vendues sous le nom de fenêtres "Deceuninck". 

Deceuninck, dont le siège social se situe à Hooglede-Gits près de Roulers, se spécialise dans le développement de profils de fenêtres et laisse la fabrication des fenêtres à ses clients. Tout cela a trait à la complexité des processus de production ; processus dans lesquels l’entreprise compte déjà plus de 50 ans d’expertise.

En Europe, ces habitants de la Flandre occidentale disposent d’usines intégrées, spécialisées dans l’extrusion (le processus de base de la production) et les activités de finition (l’application d’une feuille de couleur ou imitation bois à finition filmée ou par vernissage). Deceuninck produit pratiquement toutes ses matrices elle-même, produit sa propre matière première (compoundage) et recycle les vieilles fenêtres et les déchets de production. "Nous améliorons continuellement nos processus, tels que le traitement de la fibre de verre dans nos profils de fenêtres et nos profils de fenêtres en PVC avec une coque en aluminium à l’extérieur et un clip en bois à l’intérieur." En Turquie, trois marques de Deceuninck dominent le marché ; pour l’extrusion, la finition filmée et le compoundage, la société dispose de deux très grandes usines modernes.

Vous pouvez discuter au niveau local de tout ce qui est local tout en gardant un point de contact en Belgique pour les grandes lignes.

Francis Van Eeckhout, CEO Deceuninck

Près des clients pour plus de vitesse et de flexibilité

"Centraliser la production ou pas ? Nous soupesons constamment les avantages et les inconvénients de chaque approche", explique le Treasury Manager Bert Castel. "Nos clients attendent que nous leur livrions leurs commandes dans un délai allant de trois jours à maximum une semaine. Ceci n’est possible que si vous êtes sur place. Et pourquoi pas ? Tout produire de façon centralisée n’a pas beaucoup de sens : les économies d’échelle sont limitées parce que chaque région dispose de systèmes de fenêtres différents et il faut par ailleurs compter des temps et des frais de transport supplémentaires."  

Lorsque Deceuninck a récemment été confronté à une forte croissance de la demande aux États-Unis, c’est précisément pour cette raison que la société a décidé de ne pas investir dans l’expansion de l’usine dans l’Ohio, dans l’Est des États-Unis, mais dans une nouvelle usine à 3 000 kilomètres de là, dans le Nevada, dans l’Ouest. Van Eeckhout : "Aux États-Unis, il y a de grandes variations dans le climat et la culture du bâtiment. Pensez par exemple aux zones traversées par des ouragans. Les différences de marché sont à l’avenant. Avec la nouvelle usine, nous souhaitons nous placer près des nouveaux clients et répondre spécifiquement à leurs besoins." "Pour le financement, nous avons d’abord exploré le marché", déclare Bert Castel. Un financement bancaire classique paraissait évident, mais Deceuninck souhaitait également étudier d’autres options.

"Après une évaluation approfondie, nous nous sommes finalement décidés à prendre une formule de leasing immobilier de KBC : une formule de financement basée sur les actifs, aux excellentes performances en matière de tarification et de structure. En outre, KBC est représentée aux États-Unis par une équipe de spécialistes du domaine. Cet aspect n’était pas négligeable pour nous. KBC est propriétaire du terrain et du bâtiment, nous disposons d’une option d’achat que nous pouvons informer périodiquement, dès que nous constaterons que l’usine génère des revenus suffisants. Pendant ce temps, nous payons un loyer."

Relation double

Les discussions avec KBC concernant l’usine au Nevada se sont très bien passées parce que KBC dispose également d’une succursale à New York. "On pourrait appeler cela une double relation", déclare Castel. "Nous sommes en contact avec nos collègues américains et KBC fait de même. Et Deceuninck États-Unis maintient le contact avec KBC États-Unis, de la même façon que nous examinons régulièrement le dossier avec notre chargé de relations ici. Cela a l’air compliqué, mais cela ne l’est pas du tout : c’est juste que de nombreuses personnes sont concernées et qu’elles travaillent toutes sur un seul dossier."

"C’est l’un des avantages d’une banque disposant d’un réseau international", déclare Van Eeckhout. "Vous pouvez discuter au niveau local de tout ce qui est local tout en gardant un point de contact en Belgique pour les grandes lignes."

Bien entendu, la nouvelle usine aura également besoin d’un fonds de roulement, mais c’est un sujet plutôt routinier pour Deceuninck. "La plupart des filiales sont financées par le siège central", déclare Castel, "avec des prêts interentreprises." Autrement dit, nous centralisons tout ce dont nous avons besoin dans l’ensemble du groupe. Cela permet une diversification du financement."

Pour Deceuninck, un bon financement consiste toujours en un mélange de solutions. En 2015, la société a profité du faible taux d’intérêt, de l’augmentation de l’appétit du public pour les obligations de société et de la confiance retrouvée dans Deceuninck pour émettre des obligations au détail pour 100 millions d’euros, idéal pour financer des projets comme celui du Nevada. "Mais ces obligations au détail sont très rigides", fait remarquer Castel. "Si elle exécute une fois, ne peut pas parler de taux d’intérêt ou à l’échéance. Le leasing immobilier aussi est assez rigide. À l’autre extrémité du spectre, les options les plus flexibles sont l’affacturage et les financements bancaires. Selon les circonstances, nous prenons parfois plus de l’un et parfois un peu plus de l’autre."

Des solutions à la mesure de l’entreprise

KBC est un partenaire de longue date de Deceuninck et est proche de l’entreprise. Cela facilite certainement la flexibilité. "Cela fait sept ans que je suis là", déclare Castel, "et je n’ai jamais connu autre chose que KBC comme l’un de nos banquiers attitrés. Ces dernières années, nous avons bâti une relation ouverte à long terme avec nos banquiers attitrés, afin que notre collaboration puisse se baser sur la confiance mutuelle." Van Eeckhout aussi sent que KBC fait confiance en l’entreprise. "Ils sont toujours flexibles et disposés à aider. Vous sentez qu’ils sont du pays et qu’ils comprennent aussi bien les personnes que les émotions et l’histoire. Cela crée un lien et cela s’avère très important. Ainsi, ils peuvent proposer des solutions sur mesure à l’entreprise dans les situations complexes."

Besoin de solutions à la mesure de votre entreprise?

Cette page est-elle utile pour vous? Oui Non

Achat et financement de biens immobiliers

Achat et financement de biens immobiliers

Vous investissez dans l’immobilier? KBC vous apporte son regard critique, son analyse et son assistance.
KBC finance le nouveau parc éolien Storm

KBC finance le nouveau parc éolien Storm

Depuis le début de 2014, KBC est le partenaire financier de Storm, un développeur belge de parcs éoliens.
Financement de projet

Financement de projet

Vous avez créé une société en vue d’un grand projet d’infrastructure ou d’énergie? Nous pouvons vous aider.
Financement immobilier et promotion immobilière

Financement immobilier et promotion immobilière

Vous êtes promoteur immobilier et prêt à lancer la réalisation d’un projet? KBC est votre partenaire financier.