Les élections russes laissent les marchés indifférents

"Un non-événement"

Même si les élections russes n’ont pas été réellement dignes de ce nom, elles ont désigné un vainqueur. Vladimir Poutine enchaîne ainsi son quatrième mandat sans véritable opposition. Et sans véritable impact sur les marchés, car, depuis les premiers sondages à la sortie des urnes jusqu’à maintenant, le cours du rouble russe est resté stable par rapport au dollar américain et relativement léthargique sur les marchés obligataires. KBC Economics a toutefois analysé l’impact de la Russie sur l’économie mondiale.  

L’intensification des tensions ? Les mots durs échangés entre le Royaume-Uni et la Russie ces derniers jours font craindre une intensification du conflit entre l’Occident et la Russie sur la scène politique mondiale. L’expression "nouvelle guerre froide" a même déjà été évoquée. Cette confrontation politique a-t-elle également des conséquences sur l’économie mondiale et les marchés financiers ?
Économie. Pour le moment, les marchés financiers restent relativement insensibles à une série de facteurs de risque internationaux. L’optimisme de mise actuellement sur les marchés est essentiellement dû à la conjoncture économique favorable à l’échelle mondiale. À terme, il convient cependant de rester prudent. L’économie russe est relativement faible et dépend fortement des marchés du pétrole et du gaz.‐ En 2017, pour la première fois depuis la chute brutale des prix du pétrole en 2014, l’économie russe a affiché une croissance positive. La faiblesse de l’économie russe menace la stabilité politique du pays. C’est pourquoi les politiciens privilégient généralement des mesures populistes.
Commerce international. L’exposition directe des économies occidentales à la Russie, par exemple par le biais du commerce international, est limitée. En 2016, moins de 2,5 % des importations de l’Union européenne provenaient de la Russie. Ces dernières années, l’exposition de l’Europe à la Russie par le biais des flux commerciaux a même faibli en raison des sanctions imposées à la suite du conflit ukrainien.
La Russie joue naturellement un rôle important en sa qualité de producteur sur les marchés internationaux du pétrole et du gaz.‐ Bien que la Russie ne soit pas membre de l’OPEP, elle a conclu un accord fin 2017 afin de limiter la production de pétrole et ainsi maintenir les prix à un niveau élevé.
Et maintenant ? Fondamentalement, la faiblesse de l’économie russe représente un défi pour le monde. La Russie doit impérativement se diversifier. Cela passe par une meilleure intégration dans l’économie mondiale. La confrontation politique actuelle met une nouvelle fois en péril cette coopération structurelle. Une meilleure coopération économique entre l’Occident et la Russie serait dans l’intérêt des deux parties et poserait des bases saines pour une stabilisation politique.
 

Cette page est-elle utile pour vous? Oui Non

Disclaimer
Ce blog ne peut être considéré comme un conseil ou une recommandation d’investissement.

 

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.