Johan Thijs est Manager de l'année Trends/Tendances 2018

Chaque année, le magazine Trends sélectionne parmi une longue liste de noms (avec l'aide d'un jury professionnel composé de rédacteurs de Trends, d'anciens lauréats et de capitaines d'industrie) dix candidats pour le titre de "Manager de l'année". Cette année, la palme revient à notre CEO Johan Thijs.

Une véritable consécration !


Voici le texte que le magazine Trends a publié à cette occasion.


Les lecteurs et le jury de Trends/Tendances ont élu Johan Thijs, CEO du groupe de bancassurance KBC Manager de l'année 2018. Le Limburgeois de 53 ans, qui empoche ainsi sa troisième nomination, est le 34e "Trends Manager de l'Année". Il succède à la première place du palmarès à Michèle Sioen, CEO du groupe textile Sioen Industries.


"Le jury félicite Johan Thijs pour la transformation qu'il a réalisée chez KBC depuis sa nomination en 2012", déclare Luc Vandewalle, président du jury pour le titre "Manager of the Year". "Sous sa direction, KBC Groupe est devenu ces dernières années l'une des institutions financières les mieux capitalisées et les plus rentables d'Europe". Cependant, l'héritage a été lourd. Après la crise financière de 2008, KBC a dû passer par pertes et profits des produits financiers complexes tels que les fameux CDO. Les gouvernements fédéral et flamand ont volé au secours du bancassureur, engageant de fortes sommes d'argent. "Mais KBC n'est pas resté les bras croisés", commente Vandewalle. "La banque a réduit son bilan, supprimé des activités, vendu des succursales et restructuré son organisation. En 2015, soit cinq ans plus tôt que prévu, le groupe a été en mesure de rembourser intégralement les aides publiques reçues.


Selon le président du jury, Johan Thijs se distingue également par sa vision stratégique claire de la banque du futur: "Johan Thijs a préparé le Groupe KBC à la révolution technologique et au changement de comportement des consommateurs en investissant un milliard et demi d'euros dans la numérisation. KBC en récolte déjà les fruits. La banque a récemment reçu un excellent rapport de l'agence française D-Rating pour son offre numérique et l'expérience client qui l'accompagne.
Dans une interview accordée à Trends, Johan Thijs souligne en particulier la nouvelle culture d'entreprise qu'il a introduite chez KBC. Celle-ci se concentre sur le client et le rôle social de la banque. En interne, cela a conduit à ce que Thijs appelle une " révolution bleue " (la couleur de KBC) : " Après 2008, la confiance de nombreux membres du personnel dans la direction de la banque était gravement ébranlée et ils avaient perdu leur fierté professionnelle. Aujourd'hui, notre personnel est à nouveau fier de travailler pour KBC. Il règne à présent un sentiment d'unité qui me donne, en tant que CEO, une énorme bouffée d'énergie. Cela signifie que nous poursuivons tous un même objectif et que nous travaillons dès lors beaucoup plus facilement ensemble, par-delà les entités et les pays."


Johan Thijs est connu pour son énorme capacité de travail, qu'il tient de ses parents, dit-il dans Trends : "Mon père et ma mère ont travaillé très dur toute leur vie pour donner à leurs enfants un avenir meilleur. J'ai un respect sans bornes pour eux. Malheureusement, ils ne sont plus de ce monde mais ils m'ont enseigné les vertus des gens qui travaillent dur : honnêteté, assiduité, respect et humilité."

"Je ne suis pas le genre de PDG qui s'enferme dans une tour d'ivoire et qui se prend pour un puits de sagesse", explique Johan Thijs. Cela me rendrait fou. J'ai constamment besoin d'avoir du monde autour de moi."
Dans le peu de temps libre qui lui reste, Johan Thijs enfourche son vélo de course. Pour la pratique du sport aussi, il est très motivé: "Je n'aime pas flâner à vélo, je dois toujours y aller à fond. Quand j'avais la trentaine, j'ai eu un accident de sport très grave mais une fois rétabli, j'ai recommencé à faire de l'exercice de façon très intensive. Il faut avoir du caractère, ne pas abandonner au premier obstacle qui se dresse sur votre chemin."


En tant que supporter de KRC Genk, le CEO du Groupe KBC déplore avant tout d'avoir si peu l'occasion d'assister aux matches de son équipe. "Des amis me demandent régulièrement de les accompagner pour voir un match, mais il y a toujours l'une ou l'autre obligation professionnelle qui m'en empêche. Pour vous dire à quel point mon travail prend le dessus sur ma vie privée, je n'ai pas vu un seul match de Genk en direct cette saison. Je pense personnellement avoir trouvé un équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie privée, mais beaucoup de gens me prennent pour un fou. Ils me disent : "J'aime autant pour toi que pour moi, Johan!". Mais je n'en ai cure. J'adore faire ce boulot.


Le Manager de l'année est une organisation de Trends en collaboration avec Kanaal Z. Le jury de 19 membres comprend des rédacteurs de Trends, d'anciens lauréats et des experts indépendants.
Pour plus d'informations sur le Manager de l'année 2018, voir le numéro de Trends du 10 janvier et www.trends.be. Kanaal Z et Trends.be assureront aussi le reportage sur la remise des prix.

 

Cette page est-elle utile pour vous? Oui Non

Disclaimer
Dit blogbericht mag niet worden beschouwd als een beleggingsaanbeveling of advies.