Quid des résultats du deuxième trimestre ?

Pas simplement mieux, mais beaucoup mieux

Depuis l'arrivée des coureurs à Paris il y a quelques jours, nous savons avec certitude qui peut inscrire le Tour de France 2018 à son palmarès. Félicitations, Thomas ! Et bien que la publication des résultats du deuxième trimestre ne soit pas encore tout à fait terminée (nous sommes à mi-chemin), le gagnant de cette course semble déjà être connu. Félicitations, les États-Unis !

Les États-Unis largement en tête à mi-chemin de la saison de publication

Poussés par une économie locale vigoureuse et une solide baisse d'impôt, les bénéfices se sont envolés aux États-Unis de pas moins de 24%, soit 5% de mieux que prévu. L'Amérique du Nord s'impose devant toutes les autres régions.

En Amérique latine, le bénéfice déjà publié se situe 118% au-dessus du niveau de l'an dernier, soit 104% de mieux que prévu (pour ces entreprises). Si nous y ajoutons les prévisions pour les résultats non encore publiés, nous obtenons un taux de +96% en base annuelle.

Les attentes sont également dépassées dans le reste du monde, mais exception faite de l'Amérique latine, la croissance bénéficiaire y est légèrement plus faible qu'en Amérique du Nord. Si nous prenons également en compte les prévisions bénéficiaires pour les entreprises qui n'ont pas encore publié leurs résultats, la croissance bénéficiaire atteint un bon 22% en Amérique du Nord, soit un multiple de la hausse escomptée en Europe.
 

Énergie, finance et ... à nouveau la technologie

Sur le plan sectoriel, le maillot jaune revient à l'énergie, qui a il est vrai un peu moins profité de la hausse des prix du pétrole que prévu par les analystes. Cela vaut également pour les producteurs de matériaux. La finance a amplement battu les prévisions bénéficiaires : les banques d'investissement américaines distancent largement les attentes des analystes.

Malgré le retentissement médiatique des déconvenues de Facebook et Twitter (qui ont dû annoncer un recul du chiffre d'affaires et du nombre d'utilisateurs), la technologie a de nouveau réalisé des chiffres impressionnants grâce aux résultats de Google et Microsoft.

Dans la zone euro

Dans la zone euro, un petit 40% d'entreprises ont publié jusqu'ici leurs résultats trimestriels. Les valeurs financières ont battu les prévisions et les entreprises du secteur de la santé n'ont certainement pas fait moins bien. Les biens de consommation durables ont en revanche déçu, les constructeurs automobiles Fiat Chrysler et Daimler ayant fait moins bien que prévu. La saison de publication des résultats est cependant loin d'être terminée et chaque jour, de nombreuses entreprises communiquent leurs chiffres. Le jury réserve donc son verdict.
 

Tendance générale et conclusion

Les États-Unis se distinguent largement du reste du monde en ce qui concerne la publication des bénéfices. Cela ne veut toutefois pas dire que le climat général est partagé, au contraire : presque partout dans le monde, le moteur bénéficiaire tourne à plein régime de sorte que les niveaux de valorisation des actions ont baissé dans toutes les régions. C'est pourquoi KBC Asset Management a décidé récemment d'accorder un peu plus de place aux actions américaines dans ses portefeuilles, une décision illustrée par le graphique ci-contre : le nombre d'entreprises ayant publié un bénéfice et un chiffre d'affaires en hausse est largement supérieur aux estimations ainsi qu'à la moyenne historique.

 

Tom Simonts, senior financial economist KBC Group

Cette page est-elle utile pour vous? Oui Non

Disclaimer
Ce blog ne peut être considéré comme un conseil ou une recommandation d'investissements.

KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.