Eolien offshore: le marché en croissance des énergies renouvelables

En 2017, environ 30% des investissements dans les énergies renouvelables ont été consacrés à l'énergie éolienne. Une tendance qui, selon l'IRENA (l'Agence internationale pour les énergies renouvelables), devrait s'accélérer dans les années à venir.

En 2018, 171 GW d'électricité renouvelable ont été ajoutés, dont 85% d'énergie solaire et éolienne. Les énergies renouvelables représentent déjà un tiers de la capacité totale d'électricité (à ne pas confondre avec la production d'électricité!). L'hydroélectricité représente 50% de la capacité des sources d'énergie renouvelables, l'énergie éolienne 25% et l'énergie solaire 20%. Aujourd'hui, l'énergie éolienne représente environ 7% de la production mondiale d'électricité et une cinquième de la nouvelle capacité installée. Aux États-Unis, l'énergie éolienne représente 5% du mix énergétique, mais l'American Wind Energy Association s'attend à ce qu'elle atteigne 20% d'ici 2030. Selon le Global Wind Council, le porte-parole de l'industrie éolienne, l'énergie éolienne pourrait déjà fournir environ 20% de l'électricité en 2030.

Selon les spécialistes, l'installation d'éoliennes offshore augmentera en moyenne de 14% en Europe au cours des 10 prochaines années.

Compétitif sans subventions

D'une technologie verte, mais tributaire des subventions, l'énergie éolienne s'est muée en une technologie plus mature qui peut être concurrentielle sans subventions. Dans de nombreux pays, l'énergie éolienne et solaire est déjà moins chère que celle produite par les centrales électriques à combustibles fossiles classiques. Depuis 2012, le coût de l'énergie éolienne (onshore) a en moyenne baissé de 12% par an. Aux États-Unis, les centrales au gaz restent le moyen le moins cher de produire de l'électricité en raison de l'abondance du gaz de schiste. L'énergie éolienne n'ayant pas de coût de combustible, son avantage de coût est structurel. La production d'électricité conventionnelle à partir de centrales au gaz et au charbon est exposée aux fluctuations des prix du gaz et du charbon. L'augmentation du prix des certificats d'émission rend aussi les centrales au charbon beaucoup plus chères. L'année dernière, le prix du CO2 a en effet fortement augmenté.

Les objectifs climatiques jouent en faveur de l'énergie éolienne

Un autre facteur important est l'attention croissante portée au climat. A Paris, certains pays se sont mis d'accord pour réduire significativement les émissions mondiales de CO2. Pour atteindre l'objectif ambitieux de l'Accord de Paris sur le climat - limiter le réchauffement climatique au-dessous de 2°C par rapport au début de l'ère industrielle - les émissions de carbone provenant de la consommation d'énergie doivent être ramenées à zéro d'ici 2060 et ce niveau doit être maintenu jusqu'à la fin du siècle.

L'énergie éolienne jouera un rôle crucial dans la transition vers une production d'électricité sans CO2.

Source: German Offshore Wind Energy Foundation

Éolien versus solaire

La capacité installée de l'énergie éolienne est aujourd'hui deux fois plus importante que la capacité installée de l'énergie solaire, mais l'énergie solaire croît deux fois plus vite que l'énergie éolienne. Si l'on observe les adjudications nationales pour les énergies renouvelables, on constate que l'énergie solaire et l'énergie éolienne sont de plus en plus en concurrence. L'éolien doit donc devenir moins chère pour rester compétitif par rapport à l'énergie solaire, pour laquelle les réductions de prix ont été plus importantes ces dernières années. On s'attend à ce que le prix de revient de l'énergie éolienne continue de baisser d'environ 3 à 4% par an dans les années à venir. À l'occasion de son récent "Technology Day", Iberdrola, l'exploitant espagnol de parcs éoliens, tablait sur une réduction de 40% du coût de l'énergie éolienne terrestre d'ici 2030, soit une diminution de 4% par an. Les fabricants d'éoliennes sont sur la même longueur d'onde et visent une réduction de prix de 3 à 5% par an.

A long terme, il y a une limite à la domination de l'énergie solaire. La plupart des experts s'accordent à reconnaître que la combinaison du vent et du soleil dans le mix énergétique est optimale car les éoliennes produisent de l'énergie de jour comme de nuit, avec un pic en automne et en hiver, alors que l'énergie solaire s'avère nettement plus productive en journée au printemps et en été. En moyenne, sur un mois d'hiver, une éolienne produit donc deux fois plus d'énergie que pendant un mois d'été.

L'éolien offshore est le moteur de croissance des énergies renouvelables.

Nous pensons que l'éolien offshore - les parcs éoliens en mer - constitue le marché le plus attractif de l'énergie éolienne et qu'il se profile comme le marché de croissance par excellence. Actuellement, il reste un marché de niche pour l'énergie éolienne, avec à peine 4% de la capacité mondiale d'énergie éolienne. En 2018, environ 10% de la nouvelle capacité d'énergie éolienne installée provenait de l'éolien offshore. D'ici 2025, environ 15% de la capacité éolienne installée proviendra de l'énergie éolienne en mer.

Selon les spécialistes, l'installation d'éoliennes offshore augmentera en moyenne de 14% en Europe au cours des 10 prochaines années. L'Europe est le berceau de l'éolien offshore et dispose de la plus grande capacité installée d'éoliennes en mer. Au Royaume-Uni, l'éolien offshore représente déjà 7,6% de la capacité totale (8,2 GW). La seconde place revient à l'Allemagne, avec une capacité de 6,6 GW.

De plus grandes turbines, basées sur des fondations plus conséquentes, permettent de réduire les coûts d'installation par unité d'énergie. Par conséquent, l'énergie éolienne offshore est de plus en plus en mesure de concurrencer d'autres formes d'énergie durables.

En Belgique, quelque 1,2 GW ont déjà été installés aujourd'hui, et la capacité devrait doubler d'ici 2020 et plus que tripler d'ici 2030. Comme pour l'éolien terrestre, la percée de l'éolien en mer est principalement due à un coût unitaire énergétique de plus en plus faible. En plus de l'augmentation d'échelle, de la baisse du prix de l'acier et de la faiblesse des taux qui réduit les coûts de financement, la capacité par turbine continue également à augmenter. La tendance est générale dans l'industrie éolienne: les éoliennes sont de plus en plus grandes, fonctionnent un plus grand nombre d'heures par jour et produisent par conséquent de plus en plus d'énergie. De plus grandes turbines, basées sur des fondations plus conséquentes, permettent de réduire les coûts d'installation par unité d'énergie. Par conséquent, l'énergie éolienne offshore est de plus en plus en mesure de concurrencer d'autres formes d'énergie durables. Au cours des dernières années, le prix de revient de l'énergie éolienne en mer a chuté de façon spectaculaire. Grâce à la baisse du prix de revient, le premier appel d'offres 'sans subvention' pour un parc éolien offshore est déjà une réalité (installation en 2025).

 

Vous n'êtes pas encore client de KBC Private Banking?

Prendre rendez-vous

Cette page est-elle utile pour vous? Oui Non

Disclaimer
Cette lettre d'information ne peut être considérée comme un conseil ou une recommandation d'investissement.

KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.