Le frisson des enchères

Les grandes maisons de vente aux enchères sont généralement à pied d'œuvre en octobre. De Rubens à Giacometti, d'Alfa Romeo à Tyrannosaures Rex, il y en a pour tous les goûts. Mais comment les maisons de vente aux enchères font-elles face à la nouvelle réalité : des visites virtuelles et des ventes aux enchères en ligne ? Qui mieux que Roland de Lathuy, directeur de Christie's Belgium, peut offrir à nos lecteurs un regard dans les coulisses du marché de l'art en 2020 ?

Comment une maison de vente aux enchères comme Christie's a-t-elle géré la pandémie ?

« Tout d’abord, nous constatons qu'un pas en avant a été réalisé dans le domaine numérique. Il est vite apparu clairement que nous devions nous écarter cette année du célèbre adage ‘no drinks, no art’. Les portes de nos maisons de vente aux enchères sont restées irrévocablement fermées et les réceptions, durant lesquelles se mêlent ambiance, convivialité, œuvres d'art majeures et réseautage, ont disparu derrière des écrans d'ordinateur pour des ventes aux enchères numériques. Nous avons donc dû jouer plus rapidement que prévu la carte du numérique. 

Heureusement, les amateurs d'art se sont rapidement familiarisés avec ce nouvel outil et nous avons actuellement un ratio de 50 % entre les ventes en live et les ventes en ligne. »

Chaque tendance avec sa propre méthode de travail ?

« Absolument. Nous réfléchissons tout d’abord aux informations que nous pouvons transmettre. Avez-vous déjà consulté notre site Web ? Des images vidéo parfaitement nettes vous permettent d'admirer depuis votre salon les œuvres d’art avec une qualité d’image élevée. Mieux encore, des applications vous permettent aujourd’hui d’installer en réalité augmentée dans votre salon l’œuvre d’art vendue aux enchères. 

 De plus, nous pouvons garder les enchères en ligne ouvertes plus longtemps. Habituellement, une vente aux enchères est clôturée entre 10 semaines et 2 mois avant la soirée effective. Nous devons en effet commencer à préparer les catalogues. La transition vers le numérique permet de réduire le délai d’exécution à un mois. Les collectionneurs d'art existants et nouveaux disposent donc de plus de temps pour trouver des œuvres de qualité. »

Quels conseils avez-vous pour les personnes qui font leurs premiers pas sur le marché de l'art et des ventes aux enchères ?

Roland sourit et commence son énumération : « Premièrement, prenez votre temps. Ensuite, prenez votre temps. Et vous pouvez déjà deviner la suite pour le troisième conseil. En tant qu'acheteur, vous devez d'abord faire vos devoirs à domicile. Recherchez les derniers résultats de vente aux enchères de cet artiste. Il existe des sites Web spécialisés (Artprice, Arttactic, Artnet, etc.) qui peuvent vous aider. Interrogez des restaurateurs. Et... ne vous laissez surtout pas brusquer. 

Le processus d'enchères doit être rationnel, même si la maison de vente aux enchères met tout en œuvre pour jouer sur les émotions. Décidez vous-même de la valeur d'une œuvre et ne dépassez pas cette valeur. Car dès que le marteau tombe, vous en êtes le propriétaire avec tous les avantages et inconvénients. »

Les frais de vente aux enchères du Salvator Mundi de Léonard De Vinci, le tableau le plus cher jamais vendu lors d’une vente aux enchères pour un montant record de 400 millions de dollars, s’élevaient à plus de cinquante millions de dollars. Il est donc important de tenir compte des frais lorsque vous choisissez de faire une offre.

« Absolument. Ces frais peuvent s’élever à 20 % (+ TVA) du prix d’adjudication, mais sont aussi clairement indiqués sur le site Web ainsi que sur la facture, bien entendu. Vous évitez ainsi toute mauvaise surprise. Mais les frais restent une donnée financière à prendre en compte. »

Dès lors, n’est-il pas préférable de confier les enchères à une tierce partie pour ne pas se retrouver dans une guerre émotionnelle d'enchères ?

« Pas nécessairement. L'expérience en elle-même est assez exaltante. Je me souviens d'un collectionneur londonien qui, des années plus tard, ne se souvenait plus du prix qu’il avait payé, mais qui se souvenait encore très bien du plaisir qu’il avait éprouvé en enchérissant. Jusqu'à la livraison de l'œuvre d'art à son domicile et l'accrochage au mur. L'expérience globale joue un rôle important dans le monde des enchères. »

Quelles sont les composantes qui entrent en compte dans les devoirs à domicile ?

« Un collectionneur est assez obsédé par sa passion et y consacre beaucoup de temps. De plus, il prend plaisir à rassembler un maximum de connaissances et à les partager avec des personnes qui affichent le même intérêt. Même les collectionneurs de bandes dessinées. 

Le contrôle de l’état de l’œuvre est essentiel. Il s’agit le plus souvent d’un élément prépondérant qui amène à enchérir ou non sur une œuvre bien précise. Les experts actifs chez Christie’s établissent bien sûr eux-mêmes des rapports d’état. Pour des œuvres plus chères, nous faisons appel à des experts externes pour garantir une neutralité absolue. Il va de soi que les acheteurs peuvent aussi envoyer sur place un restaurateur pour venir vérifier l’état de l’œuvre. »

Quelles actions une maison de vente aux enchères entreprend-elle lorsqu’une œuvre d’art ne plaît pas vraiment ?

« Ne sous-estimez pas notre travail de prévente ! La quantité d’informations collectées au fil des années est énorme. Qui a déjà acheté des œuvres de certains artistes ? Qui a fait une offre sur certaines œuvres et n'a pas encore acheté ? Et donc, à qui pouvons-nous nous adresser pour acheter une œuvre ? 

D'autre part, un acheteur peut s’adresser directement à nous pour trouver une œuvre d'un artiste bien précis. Dans ce cas également, nous pouvons nous appuyer sur une longue liste de contacts pour rechercher cette œuvre précise. De cette manière, nous regroupons les acheteurs et les vendeurs dans ce que nous appelons une vente privée. Les deux parties ne sont pas liées par une date d'adjudication déterminée et le prix est convenu d’un commun accord. »

Y a-t-il encore d’autres raisons qui font qu’un lot est retiré des enchères ?

« Il se peut en effet que des doutes naissent quant à l'authenticité de l'œuvre ou au droit de propriété. Une maison de vente aux enchères doit être en mesure de garantir ces deux choses. Après la publication du catalogue avec l’aperçu de tous les lots, il arrive que des informations qui nous sont fournies remettent en cause l'authenticité d’une œuvre. Parfois aussi, une œuvre figure dans la liste des œuvres d'art volées ou pillées. »

Quelles sont les principales raisons pour lesquelles des personnes vendent des œuvres d’art ?

« Nous parlons en premier lieu des fameux 3 D : Death, Debt & Divorce. Des changements profonds qui obligent les gens à vendre. Mais l’élément déclencheur peut aussi être moins dramatique. Après de nombreuses années de collection, un collectionneur peut passer de sa collection issue de l’École de Laethem-Saint-Martin à de l’art contemporain. »

Vu que des chefs-d'œuvre vous passent chaque jour entre les mains, nous pouvons imaginer que vous affichez vous-même une préférence pour un certain artiste ?

« Je rêve d’un tableau de Rubens ou de Cy Twombly. Mais travailler pour une maison de vente aux enchères comme Christie's qui me permet d’accéder aux plus belles œuvres d’art est déjà un travail de rêve. »

Vous n'êtes pas encore client de KBC Private Banking?

Prendre rendez-vous

Disclaimer
Ce blog ne peut être considéré comme un conseil ou une recommandation d'investissements.
 

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.